• Programme : Construction de 100 logements
  • Lieu : Îlot Baignade, Alfortville, 94.
  • Îlot Baignade, Alfortville.
  • Calendrier : Phase chantier.
  • Client : Constructa.
  • Maîtrise d'œuvre : Hamonic+Masson & Associés : architecte mandataire. Chef de projet: Marie-Agnès de Baillencourt.
  • BET HQE : ANTEA GROUPE.
  • BET Structure - Fluide : COTEC

    BET Thermique & Acoustique : AT 3E

    Paysagiste : AGENCE BABYLONE

    Bureau de contrôle : ALPHA CONTRÔLE

  • Coût : NC.
  • Surface : 5 800m2.
  • Team : Victoria Sosolic
    Pauline Wolff
    Tarik Abd El Gaber

Îlot Baignade, Alfortville

Situé en bord de Seine, l’îlot est visible depuis les berges et marque les paysages alentours. Des environnements proches aux vues lointaines, il est un lieu repère qui ponctue la rive entre les quartiers bas au nord et les tours au sud. Directement relié aux quais, le site est à la croisée de nombreux usages dans un contexte habité qui tend à se réinventer aux travers de nouveaux projets. L’îlot bénéficie d’un emplacement stratégique à dimension métropolitaine.

La volonté de la ville de créer un espace public qualitatif aux dimensions exceptionnelles (30,5 m de largeur) est le point de départ de notre réflexion. Il s’agit de proposer une stratégie de projet qui ne soit plus seulement un lieu d’habitation mais une véritable pièce urbaine, un projet confluence.

La question de l’espace public et de son prolongement au cœur du dispositif est donc ici posée comme un préalable, une condition qui va irradier les pratiques et permettre un lien très fort entre l’espace partagé de la rue, et l’espace privé du bâtiment.

La morphologie du bâtiment est directement liée aux composantes urbaines et architecturales du site. Longeant la parcelle du R+2 au R+6, les volumes hauts et bas s’altèrnent en fonction de l’orientation du soleil et des vues sur la Seine, l’objectif étant de venir habiter le paysage tout en profitant des lumières venues du sud. Cet épannelage fait aussi échos au constructions existantes. La percée du volume au nord rappelle les compositions en peignes de la ZAC des Pontons. Cette coupure dans le bâtiment, ainsi que ces formes en gradins apportent un dynamisme perceptible depuis la rue. La masse sculptée respire et les courbes mettent en abyme les transitions et les continuités qui s’opèrent au sein du même volume. L’entité n’a pas de devant ni d’arrière, car chaque point de vue fait écho à un paysage singulier.

Nous rêvons un bâtiment qui rapproche, qui fabrique du lien localement. Lieu de la transparence, de la profondeur, de perspectives riches et diverses, ce « volume du piéton » enrichit la ville en offrant un caractère dynamique et vivant sur l’ensemble du périmètre du projet.